UNE VRAIE-FAUSSE PIERRE ?

Petit tour d’horizon des contrefaçons dans le marché du caillou.

Vous avez peur de tomber sur une arnaque, ou la curiosité vous démange ?

Le but de cet article est de vous faire voir essentiellement les faux minéraux. C’est un petit guide pratique et rapide sur ce que l’on trouve régulièrement sur le marché de la pierre.

Première grande catégorie :
Le vrai de vrai, le minéral non modifié

C’est, je pense, le plus difficile à identifier. Il y a sur terre une incroyable diversité de formes et de couleurs due à la présence d’inclusions, de fissures naturelles ou artificielles et surtout due à la composition du minéral. Pour l’identifier, il vaudrait mieux savoir d’où il vient. Vous aurez, par exemple, plus de chance de trouver de l’obsidienne dans une région volcanique. Mais il existe bien sûr des exceptions.

Quelques indices rapides (donc non fiables à 100%) aident à identifier une roche ou un minéral, comme par exemple l’échelle de dureté appelée Échelle de Mohs. On peut aussi regarder les formes de certains cristaux qui peuvent être visibles à l’œil nu.

Boîte de test de dureté selon l'échelle de Mohs.

Mais le meilleur moyen est d'envoyer un échantillon dans un labo scientifique et ça... ça coûte un bras, ou deux *bruit de cimballe*.

Deuxième catégorie :
La vraie pierre, mais pas celle qu’on croit : le minéral modifié.


 
 
Que ce soit purement esthétique, afin d’obtenir un effet voulu ou simplement pour se remplir les poches crapuleusement, le minéral modifié peut avoir plusieurs buts.

L’exemple le plus commun est sans doute l’améthyste modifiée :

L’améthyste, comme on peut le voir ici, est violette. C’est un quartz coloré assez commun sur le marché des minéraux.

Quand elle est chauffée, elle change de couleur pour devenir jaune-orangée. Un amateur pourrait donc facilement la confondre avec une citrine.

○Qu’est-ce que ça change ?

Dans un premier temps, le prix. C’est le prix qui va changer puisque les citrines sont beaucoup plus rares que les améthystes, et donc leur prix augmente !
 
 
○Comment reconnaître une vraie citrine ?

•Pour ça je vous propose tout d’abord un moyen mnémotechnique : le mot citrine vient du latin « citrus », à cause de sa couleur, donc citron ! Une citrine orangée n’est pas inexistante, mais encore plus rare !
•Deuxième moyen : la couleur de la citrine est homogène, il n’y a pas de zones plus foncées que d’autres.
•Troisième moyen : Il est difficile de trouver la citrine sous forme de géode.

 
 
○Y a-t-il d’autres moyens de modifier un minéral en citrine ?

Malheureusement oui ! Cependant la prochaine pratique est moins courante:
Les inclusions citées plus haut, sont des micro-fissures dans des roches ou minéraux.
Il est possible de modifier un cristal de roche en créant ces inclusions puis en les mettant dans un bain de colorant par exemple jaune ou violet pour obtenir une citrine ou une améthyste modifiée. Si c’est bien fait, il peut être très difficile de voir la supercherie.
Donc si il y a trop d’inclusions, soit il faut douter de la pierre soit elle est trop fragilisée d’origine.
 
 
Toujours dans les vrais minéraux, mais modifiés: les teintés.
Le minéral le plus commun étant l’agate.
L’agate est un minéral qui peut se présenter sous plusieurs formes lorsqu’il est extrait. À l’achat, il se trouve le plus souvent sous forme de géode en tranche. C’est aussi sous cet aspect que vous verrez la modification de sa couleur.
Comme vous pouvez le constater, la couleur sur la photo ci-dessus est bien pétante ! Il est donc assez facile, ici, de repérer la supercherie si elle est vendue comme une agate sans plus de précisions…
On peut bien entendu apprécier la beauté de ce genre de pièce.
 
○Comment voir si une pierre est teintée artificiellement ?

Cette méthode ne marche pas toujours, mais si vous laissez tremper les minéraux que vous pensez teintés dans un bain bouillant pendant quelques minutes, alors l’eau prendra leur couleur.
 
 
○Autre type de modification que l’on peut trouver : de vrais minéraux dont la forme de base a été modifiée.

Effectivement, pour certains minéraux l’authentification rapide se fait par la couleur et la provenance géographique. Mais pour beaucoup, c’est la forme des cristaux qui va la permettre.
 
La malachite arbore une forme très particulière avec des lignes très distinctes et qui se heurtent les unes les autres, comme prendrait la forme d’une balle contre un mur.
Sur la deuxième photo, ce sont des vrais minéraux mais la cohérence entre les cristaux est complètement chamboulée. On voit bien les collages des différents morceaux liés par une matrice (pâte uniforme, colle). On peut même apercevoir de la brillance sur les bords des collages suite au polissage.
Il peut ne pas y avoir cette « pâte » de collage, cela rend l’identification plus difficile.
Pour le coup, la malachite est un exemple simple car il est facile de voir les modifications.
Mais il est plus difficile de distinguer l’opération effectuée avec des pierres recollées à leurs endroits d’origine. Parfois, même les professionnels ne peuvent dire s’il s’agit ou non d’un collage !

Les « fake » :
la fausse-fausse pierre : la pierre synthétique.

Il s’agit souvent de résine ou de verre. Or, les pierres synthétiques ne sont pas des pierres!

C’est un abus de langage condamnable en France, s’il n’est pas spécifié sous le produit ou par le vendeur (legifrance.com.fr).

Le nom Opalite, par exemple, est souvent accompagné de « Moonstone » ou juste « Stone ». Il m’est même arrivé de ne voir écrit que « Opal » !
Mais toutes ces appellations sont fausses !
La « moonstone », « pierre de lune » en français, est une minéral qui a de temps en temps l’effet Schiller (adularescence) comme la Labradorite (à ne pas confondre avec la Labradorite blanche).
Et l’Opale est une pierre rare, avec cette opalescence (d’où le nom) et/ou iridescence.
L’opalescence est le seul point commun entre l’Opale et l’Opalite !
 
 
○Mais alors c’est quoi l’Opalite  ?

L’Opalite est un verre opalescent tout simplement.
Je tiens à rappeler que l’opalite est un très joli verre (subjectivité bonjour !).
 
Au tour des résines !
Vaste sujet… Concentrons-nous sur deux fausses pierres en vogue : l’une nommée la « Rivière d’or » et l’autre mal nommée « Pierre de soleil », « Pierre des étoiles » ou encore « Pierre de nuit ».
Voici une vraie Pierre de soleil (« Sunstone » en anglais)
Et là, son substitut, appelé « Rivière d’or », constitué de verre et de résine fondus, ainsi que de limaille de cuivre pour donner son aspect pailleté.
Ne vous y trompez pas, les vraies pierres avec des paillettes n’existent pas.
 
 
Avis personnel :
Les rivières d’or tirent leur nom de l’appellation anglaise « Goldstone », ce qui pour moi est un nom qui sonne faux.
Le problème étant que ce n’est pas de l’or mais du cuivre. Même si le nom sonne bien, il reste trompeur.

Quartz rouge-healing
Pour la suite je vous propose le Quartz rouge-healing, qui n’est ni du Quartz… Ni un minéral… Même s’il est très beau !

Il existe effectivement un quartz rouge qui s’appelle « quartz hématoïde », l’hématite aura donné cette teinte au quartz, comme ici.
Contrairement à celui-ci. Il s’agit d’une association entre une résine transparente et une autre résine teintée en rouge. L’effet visuel n’étant pas fait pour tromper, il est donc facile de voir qu’il s’agit d’une pierre synthétique.

Pour finir:
les vrais minéraux-cristaux synthétiques

Sur internet il est facilement possible de trouver des tutoriels afin de créer des pierres synthétiques. La plupart de ces cristaux sont réalisés avec de l’Alun de potassium. Ce sont donc de vrais cristaux, mais créés artificiellement.

Il existe aussi des cristaux qui peuvent se former dans des cuves de produits chimiques dans certaines industries ou qui sont fabriqués intentionnellement, par exemple avec du sulfate de cuivre pour arriver à un faux Chalcanthite.

Le mot de la fin:
Conclusion !

• Ces abus sont la plupart du temps utilisés dans la litho-thérapie, mais aussi dans certaines bijouteries et sur les marchés.
• Si vous voyez un de ces cas ci-dessus, méfiez-vous du reste de la boutique (sur internet aussi !).
• Les grosses enseignes internationales ne se gênent pas non plus. Faites attention !
• Sans l’abus de langage, un beau bijou reste un beau bijou. Éthiquement il est encore plus beau quand on nous révèle sa véritable origine.
• Et ne devenez pas non plus paranoïaque. Si un vendeur ne sait pas exactement si une pierre est fausse, ce n’est pas forcément un charlatan. Certaines fausses pierres sont difficiles, voire impossible à déceler.
 
N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de cet article et à le partager si il a vous plu !

Ces exemples sont loin, mais alors très loin d’être les seuls. J’ai seulement pris les quelques cas de fraude ou abus de langage les plus répandus.
Je vous renvoie vers ce blog qui analyse beaucoup plus d’exemples.
Je tiens à remercier les sites, les vidéos et blogs sur lesquels je me suis appuyé et L’atelier la trouvaille pour ses renseignements.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This